Notre approche

  • Apporter avant tout, un changement comportemental, dans une approche globale.

  • S'intégrer dans des programmes existants (WASH : WAter Sanitation & Health project)

  • Travailler en amont avec les deux principales entités, au plus près du terrain :

  1. Au niveau des autorités et des Districts (requérir les données, méthodologie, plans annuels, mise en œuvre)
  2. Au niveau des communautés de villages :
  • Travailler sur les études préalables (le point faible des ONG)

  • Le dialogue avec les comités

  • L'accord

  • Le respect des genres (autre point faible des ONG)

  • La formation à l'hygiène (avant les formations techniques)

  • Le choix technique et économique retenu pour la potabilisation et l'assainissement

  • Processus de décision de la communauté villageoise

  • Ressource des foyers

  • État sanitaire de la population

  • Priorité des problèmes

  • La mise en œuvre

  • Les formations techniques

  • Le suivi-évaluation du projet

  • Intégrer une approche en reliant "Eau" et "Approche médicales te maladies hydriques responsables de :

    • maladies diarrhéiques;

    • choléra;

    • dengue;

    • typhoïde;

    • maladies parasitaires; mais aussi :

    • insuffisances respiratoires aiguës;

    • déficience en oligo-éléments;

      • Tenir compte de la grande incidence du changement climatique (inondations récurrentes, sécheresses répétitives)

      • Tenir compte de la déforestation importante, qui modifie la végétation et la rétention de l'eau et l'appauvrissement des nappes phréatiques

      • Assurer un contrôle régulier de l'eau, dû aux nouveaux polluants (exploitation de mines dans certains territoires, pesticides dans l'agriculture, nouvelles industries des villes polluantes en amont des cours d'eau, notamment sur les composants contaminants tels que :

  • teneur trop élevée en minéraux :

  • eau dure : magnésium (sulfate)

  • carbonates,

  • chlorures

  • arsenic